Parfois très endettés à la suite de l’annulation des séjours d’intégration, les « bureaux des élèves » essaient de maintenir une cohésion sociale entre les étudiants.

Par 

Publié le 09 novembre 2020 à 11h25 - Mis à jour le 09 novembre 2020 à 16h11 

Temps de Lecture 3 min.

Article réservé aux abonnés

La fête, c’était la quintessence des « BDE », les « bureaux des élèves » des grandes écoles et des universités, dont les membres, chaque année, sont élus pour assurer l’intégration des étudiants lors de multiples événements. Dans une circulaire du ministère de l’enseignement supérieur parue le 30 octobre, leur rôle en tant qu’association est limité au seul « accompagnement social des étudiants », dans « le respect strict des gestes barrières et des modalités d’application des consignes sanitaires » définies par leur établissement.

La suite de l'article sur https://www.lemonde.fr/societe/article/2020/11/09/covid-19-comment-les-bde-tentent-de-survivre-a-l-absence-de-fete_6059090_3224.html